Liberia
RSF demande une enquête sur le meurtre du journaliste Tyron Brown

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 164 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police

Reporters sans frontières (RSF) demande une enquête approfondie afin d’éclaircir les circonstances du meurtre du journaliste Tyron Brown et de tout faire pour retrouver les auteurs.
Le journaliste de la radio et télévision privée Super FM, Tyron Brown, a été retrouvé mort en pleine rue dans la nuit de dimanche à lundi 16 avril. Son corps, poignardé à deux reprises selon la police, a été jeté d’un véhicule dans la banlieue de Monrovia, capitale du Liberia.


Joint par Reporters sans frontières (RSF), Charles Coffey, le président de l’Union de la Presse au Libéria (PUL) s’est dit “choqué par la cruauté de ce meurtre” et “inquiet que cela alimente la peur et l'autocensure parmi les journalistes libériens.”
“Nous demandons aux autorités libériennes de mener une enquête sérieuse et approfondie pour éclaircir les circonstances de ce meurtre, sans écarter la piste professionnelle, déclare Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Ce crime intervient alors que les journalistes libériens exercent leur profession dans un climat de plus en plus hostile ces derniers mois, et ce malgré les promesses répétées du nouveau président Weah de défendre la liberté de la presse.”
Le 11 avril dernier, l'Union de la presse au Libéria (PUL) a adressé au Secrétaire général des Nations unies une lettre ouverte dénonçant "l'allure rapide avec laquelle l'intolérance officielle pour le journalisme indépendant augmente au Libéria". Deux jours plus tôt, l'équipe entière du quotidien Frontpage Africa avait été arrêtée et auditionnée par la Cour civile à propos d'un article visant des proches du parti au pouvoir.
Le journaliste de la BBC Jonathan Paye-Layleh a quant à lui préféré fuir le pays, craignant des représailles de la part des partisans de George Weah après que le président l’a accusé, au cours d’une conférence de presse, d’avoir remis en question la sincérité de son combat pour les droits de l’homme lors de la guerre civile au Liberia.
Les journalistes ont également fait l'objet de dénigrement de la part du maire de Monrovia qui a déclaré que la nouvelle administration “continuerait à travailler pour le peuple libérien sans se soucier des critiques médiatiques à l’égard du gouvernement”.
Le Liberia occupe la 94e place sur 180 au classement mondial 2017 de la liberté de la presse établi par RSF.

mercredi 18 avril 2018

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages