FEMMES ET DROITS HUMAINS
Promotion des droits humains en milieu rural et appui à des groupements féminins

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 2269 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police

Depuis 2014, l’organisation de défense des droits humains baptisée Association nigérienne pour l’éradication des discriminations humaines (ANEDH)-Izubune (« dignité » en tamasheq) lutte contre toute forme de discrimination. Et, entre 2015 et 2016, avec le soutien du Fonds français d’appui aux sociétés civiles du Sud (FASCS), elle a mené activement plusieurs actions dans la région de Tillabéri, dans les communes de Filingué, Ballayara et Abala.

● Très suivies - notamment par les autorités locales et coutumières - des journées de sensibilisation destinées à ces communes ont notamment permis d’aborder des thématiques aussi diverses que les relations entre autorités locales et citoyens ou que la traite des personnes. Plus particulièrement, ce sont les femmes membres de l’association ANEDH ont pu bénéficier d’un renforcement de leurs connaissances sur ces thématiques.

● Dans le cadre de ces actions, des centres d’éducation civique ont été créés à Filingué, Ballayara et Abala, animés par des membres de l’association. Des bénévoles ont ainsi été formés aux différentes procédures judiciaires, permettant de mieux orienter les victimes de violation de droits humains.

● Par ailleurs, l’association ANEDH a soutenu la création de trois groupements féminins (au total, 75 femmes concernées) dont le but est de se consacrer à l’élevage caprin et de mener des activités génératrices de revenus grâce à des ‘’fonds rotatifs’’.

● Aujourd’hui, l’association encourage les groupements de ces trois communes à développer de nouvelles stratégies pour se développer et pour diversifier leurs sources de revenus. Dans ce but, ils ont été mis en relation avec la Fédération des coopératives maraîchères du Niger (FCMN Niya) pour l’acquisition de pommes de terre destinées au maraîchage. Aujourd’hui, avec l’appui des autorités locales, ces femmes souhaitent s’orienter vers des activités de salubrité publique.

● En février dernier, après achèvement du projet appuyé par la France via le FASCS, l’ANEDH-Izubune a organisé un festival socio-culturel appelé ‘’Assihar’’. Avec l'appui financier du ministère de la Culture et celui de la Haute autorité à la consolidation de paix, sous le parrainage du gouverneur de la région de Tillabéri, ce festival était axé sur la préservation du patrimoine culturel nigérien et la promotion de la paix.

● Pour les mois à venir, l’ANEDH travaille à mettre en place un projet de prévention des conflits entre agriculteurs et éleveurs.

vendredi 7 avril 2017

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages