Prévention de la torture au Niger
De nets progrès mais des défis persistent

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 1371 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police

GENÈVE / NIAMEY (6 février 2017) - Le Niger a fait de nets progrès dans la prévention de la torture et des mauvais traitements mais le défi de la mise en œuvre de son mécanisme national de prévention persiste, selon les experts de l’ONU.
Ces commentaires ont été faits alors que le sous-Comité des Nations Unies pour la prévention de la torture (SPT) a terminé samedi une visite consultative de haut niveau en République du Niger.


Au cours de leur visite, qui s’est déroulée du 29 janvier au 4 février 2017, les experts ont visités des lieux de détention dans la régions de Niamey et ont conseillé les autorités nigériennes sur la prévention de la torture et des mauvais traitements en vertu du Protocole facultatif à la Convention contre la torture (OPCAT).
« La ratification du protocole facultatif à la Convention contre la Torture, en novembre 2014, a ouvert la voie à la désignation d’un mécanisme national de prévention (MNP). Nous avons constaté l’engagement total des autorités du Niger que nous avons rencontrées, à un très haut niveau, pour la prévention de la torture et des mauvais traitements. Maintenant la priorité doit être donnée à la mise en œuvre, dans les meilleurs délais, d’un mécanisme de prévention indépendant, efficace et doté des ressources nécessaires pour mener à bien son mandat », a déclaré à la fin de la visite la cheffe de la délégation du SPT, Catherine Paulet.
Les membres de la délégation ont noté que la Commission Nationale des Droits humains (CNDH), qu’ils ont rencontrée, a actuellement, entre autres fonctions, celle de visiter les lieux de détention.
« Le SPT ne donne pas de modèle ou de structure pour ce qui est des mécanismes de prévention. Pour cela, les autorités du Niger devront choisir de mettre en place le mécanisme national le plus adéquat, en fonction de son contexte, et nous sommes prêts à poursuivre, après ce premier moment de dialogue entre le SPT et le Niger, notre mission de conseil et d’appui pour ce processus », a souligné Catherine Paulet.
La délégation a également constaté qu’il reste encore beaucoup à faire en termes d’amélioration des conditions de détention, de surpopulation carcérale, et du nombre trop élevé de prévenus. « Nous avons discuté de toutes ces questions avec les autorités de manière très franche et ouverte, conscients des difficultés que le pays connaît », a déclaré l’experte.
Au cours de sa visite, le SPT a rencontré des hautes autorités de l’État, dont le Président de l’Assemblée nationale, le Premier Ministre par intérim et Ministre de l’Intérieur, le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, des représentants des tribunaux et du parquet, et le Président de la CNDH. La délégation a également rencontré des représentants des organisations internationales, de la société civile, le Barreau et l’ordre des médecins, ainsi que des agences du système des Nations Unies.
Le Sous-Comité adressera son rapport confidentiel contenant ses observations et recommandations, au Gouvernement de la République du Niger, qu’il encourage à rendre public.
Le SPT était représenté par Catherine Paulet (France), Cheffe de la délégation, Hans-Jörg Bannwart (Suisse), Chef du Groupe de Travail Afrique au sein du SPT, Joachim Kodjo (Togo), rapporteur du SPT sur le Niger et Radhia Nasraoui (Tunisie).

mercredi 8 février 2017

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages