Conférence débat au CCFN Jean Rouch Germinal de Emile ZOLA

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 42657 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police



Le CCFN Jean Rouch a initié depuis bientôt quatre (4) mois, dans sa rubrique « Livres pour tous », une fois le mois, une séance de conférence dé-bat sur un ouvrage au programme des Collèges et Ly-cées. Le mercredi 21 mai dernier, Issa Mossi, Conseiller Péda-gogique de Français, Président de la Coordination Régionale de Niamey de l’Association des Professeurs de Français du Niger (APFN), a animé une conférence suivie de débat sur le roman « Germinal » de Emile ZOLA.
Il était entouré en cette circonstance de Elhadj Amadou, Conseiller Pédagogique de Français et Coordonnateur de l’Observatoire des Partenaires de l’Ecole Nigérienne (OPEN) et de Siddo Adamou Professeur de Français au Collège Franco Arabe Rive Droite. L’exposé était construit sur trois axes principaux. Le premier développé par M. Mossi a trait à la présentation de l’auteur et de ses oeuvres, des personnages principaux du roman « Germinal » et du roman lui-même. Ce fut au tour de M. Siddo de pré-senter l’écriture et l’idéologie de ZOLA à travers Germinal. Quant à Elhadj Amadou Mahamadou, il a axé son intervention sur la lutte des classes dans Germinal. Ainsi donc on peut retenir de façon sommaire. Émile Zola est un écrivain français né le 2 avril 1840 à Paris. C’est le fondateur du naturalisme en littérature.
Son père, François Zola, meurt prématurément le 22 mars 1847 alors que. Zola fils n’avait que 7 ans. Ce décès met la famille dans une situation finan-cière instable et bouleverse le jeune Émile.
Le 22 juillet 1872, commence véritablement sa carrière litté-raire, qu’il mène de front avec le journalisme. Son célèbre article
J’accuse paru dans le journal
L’Aurore suite à l’affaire Dreyfus qu’il a défendu contre vents et marées, l’a placé dans une situation difficile. Condamné à un an d’emprisonnement et à 3 000 francs d’amende, il quitte la France le 18 juillet 1898 pour l’Angleterre. À son retour, en 1899, injurié, radié de l’ordre de la Légion d’honneur, abandonné par une grande partie de ses lecteurs, Emile Zola, meurt as-phyxié le 29 septembre 1902.

On retiendra aussi que Germinal est d’abord et avant tout un roman de lutte des classes Il est aussi une histoire d’amour à la fin tragique et enfin une note d’espoir qui est justifié par le titre « GERMINAL » que lui a donné Zola : de même que les graines germent pour donner le blé et les autres plantes nourri-cières, la révolte des mineurs porte en germe d’autres luttes, plus vastes, qui changeront un jour le monde. Germinal a été adapté au théâtre et au cinéma

Les fondements et les sources d’inspiration de l’écriture rési-dent dans le fait que Emile Zola a choisi de vivre de sa plume, d’être « homme de lettres. » Pour cela, il s’est donné les moyens né-cessaires pour réaliser ses ambitions. Pendant plusieurs an-nées, il entreprend des voyages sur les différents sites qui peuvent intéresser son écriture. Zola réa-lise lectures, fouille documentaires à travers les sources que sont les œuvres ou tout autre élément de la nature. Il réagit alors comme le médecin qui fouille les chairs du cadavre humain pour les expéri-mentations. Le livre devient alors le laboratoire où toutes les expé-riences de la vie quotidienne sont passées au peigne fin et au crible de l’analyse. Ainsi, stylo à la main, il tente de faire découvrir et de mettre à jour, les mutations entraînées par la révolution de 1789 mais aussi de la disparition de certaines valeurs sociales et religieuses. D’autre part, il s’atèle à la mise en application des dé-couvertes scientifiques en littéra-ture. Zola se fie alors aux faits à travers surtout une recherche de la vérité à l’aide de l’analyse des êtres et des choses. L’imagination est ainsi réglée par la vérité, et réinvente le vaste champ des réalités humaines.

Quant à l’idéologie de ZOLA, elle prend sa source au cours du 19é siècle finissant a été le théâtre de plusieurs idéologies et de courants littéraires multiformes. A l’égard des autres écrivains comme Hugo et bien d’autres, Zola a incarné l’idéologie naturaliste. Le Naturalisme se définit donc comme étant une doctrine qui prétend opérer à partir des données naturelles, refusant du coup le surnaturel. C’est une théo-rie qui prend ses critères dans la nature en faisant de la vie morale, un prolongement de la vie biologique. En littérature, c’est une doctrine suivant laquelle l’art, la lit-térature se doivent de dépeindre la nature et ses réalités et non de la rêver ou de l’interpréter.

La conférence sur Germinal a beaucoup édifié le public même si du côté des lycéens et étu-diants le nombre était en deçà des espérances.







lundi 16 juin 2008

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages