Coopération UE/Niger
Plus de 46 Milliards FCFA pour appuyer les filières agricoles

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 1980 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police

Signature, le 14 mars à Niamey, entre l'AFD et le Niger de quatre (4) conventions de financements d'un montant global de 70,6 millions EUR (soit plus de 46 Milliards FCFA). Parmi ces conventions, deux (2) portent sur des financements du Fonds Fiduciaire d’Urgence (FFU) de l'Union européenne concernant le "Projet d’appui aux filières agricoles dans les régions de Tahoua et Agadez" et le "Volet Justice" du Programme d'Appui à la Justice et à la Sécurité au Niger (AJUSEN).

Le "Projet d’appui aux filières agricoles dans les régions de Tahoua et Agadez" est d'un montant total de 65 millions EUR (plus de 42 Milliards FCFA) pour une durée de 63 mois. Il bénéficie d'une contribution de 30 millions EUR de l'UE auxquels s'ajoutent des financements provenant de l'Agence Française de Développement.
Il s'attachera à améliorer durablement les conditions de production et la valorisation économique des produits agricoles dans les régions de Tahoua et d’Agadez, tout en contribuant essentiellement à la création d'emplois et d'opportunités économiques dans le domaine agricole, qui est un des axes stratégiques pour la croissance et le développement du Niger.
Le "Volet Justice" du Programme d'Appui à la Justice et à la Sécurité au Niger (AJUSEN) est financé par le Fonds Fiduciaire d’Urgence (FFU) de l'Union européenne à partir d’une enveloppe totale de 6 millions EUR (plus de 3,9 Milliards FCFA). Sa gestion est déléguée à l'AFD et il sera mis en œuvre par le Ministère de la Justice sur une durée de 48 mois. Il vient s'ajouter à l'appui budgétaire de 20 millions EUR déjà alloué par le FFU aux secteurs de la Justice et de la Sécurité au Niger.
Il vise à renforcer notamment, les services généraux du Ministère de la Justice et la chaine pénale en matière de lutte contre la criminalité organisée, l'Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (ANLTP) dans sa mission de lutte contre la traite et d'accompagnement des victimes, et le Bureau de Coopération judiciaire et d'Entraide pénale internationale en matière de lutte contre la criminalité transfrontalière.
« Je voudrais souligner le fait que ces programmes (…) visent respectivement deux des priorités du Fonds Fiduciaire, à savoir la création d’emploi et l’amélioration de la gouvernance et de la sécurité. Dès lors, ils contribueront sans nul doute, par la création d'opportunités économiques et d'emplois, à mieux prévenir la migration irrégulière, les déplacements forcés et à faciliter les retours de ces personnes dans leur pays d'origine» a déclaré l'Ambassadeur de l'UE, S.E.M. Raul Mateus Paula.

vendredi 17 mars 2017

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages