Niger: programme Kandadji
Soutien confirmé de l'AFD

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 2383 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police

Un soutien confirmé à un programme particulièrement structurant pour le Niger : le programme Kandadji
Pendant la visite en France du Premier ministre nigérien, et dans le cadre du programme de ‘’Régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du fleuve Niger’’ conçu autour du barrage de Kandadji, l’AFD a signé un protocole d’accord confirmant - aux côtés de la Banque mondiale - son engagement à cofinancer la centrale hydroélectrique de Kandadji par un prêt d’un peu plus de 32 milliards de Fcfa (50 M€).



Depuis les années 1970, le pays a connu des sécheresses répétées et des débits très faibles du fleuve Niger, ce qui a contribué à fortement limiter l'agriculture, à aggraver la sécurité alimentaire et à perturber l'approvisionnement en eau potable. Au cours de ces dernières années, l’alimentation en énergie électrique du Niger a par ailleurs connu d’importantes perturbations, conséquences du différentiel qui existe entre la forte augmentation de la demande en électricité (9 % par an depuis dix ans) et des capacités de production ou de transport qui arrivent à saturation.

Le gouvernement nigérien a fait de la sécurisation énergétique un facteur clé pour favoriser le développement d’une économie compétitive et diversifiée. Au sein de ce Plan, le ‘’programme Kandadji’’, cofinancé à hauteur d’environ 1 milliard de dollars par plusieurs bailleurs et lancé depuis 2008, est considéré comme prioritaire et transformationnel pour le Niger.

Ce programme vise les objectifs suivants :

● La construction d’un barrage multi usages, situé sur le fleuve Niger ;
● La construction d’une centrale hydro-électrique de 130 MW ;
● La construction d’une ligne haute tension d’évacuation de 132 KV ;
● L’aménagement de terres agricoles pour l’irrigation (face à la dégradation continue dans le pays des ressources du bassin du fleuve Niger, ce volet doit également permettre la préservation et la régénération de ses écosystèmes par la régulation du débit du fleuve).

L’AFD contribue à la réalisation du programme, à hauteur de près de 58 milliards de Fcfa (89 M€), via 3 volets :

♦ Des plans de développement locaux, à hauteur de près de 9 milliards de Fcfa (soit 14 M€ pour une subvention accordée en 2014) ;

♦ Des périmètres irrigués pour plus de 16 milliards de Fcfa (soit 25 M€ pour un prêt prévu en 2018) ;

♦ La centrale hydroélectrique pour plus de 32 milliards de Fcfa (50 M€ sous forme de prêt), en cofinancement avec la Banque mondiale (plus de 100 milliards de Fcfa, soit 155 M€). L’objectif du projet de centrale hydro-électrique est de contribuer à l’augmentation et à la sécurisation des capacités de production électrique du pays. L’électricité produite, estimée à 630 GWh par an, sera évacuée vers Niamey et pourra également, en cas de surplus en saison des pluies, être exportée vers des pays voisins.

« L’AFD est engagée aux côtés des autorités nigériennes pour assurer le succès de ce projet structurant pour le Niger » s’est félicité M. Philippe Bauduin

mercredi 15 février 2017

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages