Communiqué de presse. L'Allemagne est le deuxième bailleur de fonds de la coopération au développement

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 4558 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police



Berlin, 04.04.2008 Seite 1 von 2 Mme Wieczorek-Zeul : nous avons encore un long chemin à parcourir !
L'Allemagne est le deuxième bailleur de fonds de la coopération au développement
En chiffres absolus, l'Allemagne est le deuxième bailleur de fonds de la coopération au dévelop-pement après les Etats-Unis. Ceci ressort des derniers chiffres pour 2007 présentés aujourd'hui par l'OCDE. Selon les estimations provisoires de l'OCDE, les fonds allemands alloués à la coopé-ration au développement (APD - Aide publique au développement) en 2007 sont passés à près de 12,3 milliards de dollars (soit 8,96 milliards d'euros). Ils s'élevaient en 2006 à 10,4 milliards de dollars (8,31 milliards d'euros). En termes corrigés des variations des taux de change et de l'inflation, les prestations allemandes ont connu une augmentation de 5,9 %. En chiffres absolus, l'Allemagne se retrouve donc en deuxième position après les Etats-Unis et avant la France, le Royaume-Uni et le Japon. En 2006, l'Allemagne n'était qu'en cinquième position. La part dans le revenu national brut est passée de 0,36 % en 2006 à 0,37 % en 2007.
La Ministre fédérale allemande du Développement, Heidemarie Wieczorek-Zeul, s'est félicitée de ces chiffres, tout en considérant qu'il y a beaucoup à faire : " Je me réjouis des bons chiffres attribués par l'OCDE à la politique allemande de développement. Néanmoins, nous avons encore un long chemin à parcourir ! Nous nous sommes engagés à l'échelon international à ce que le taux d'APD atteigne 0,51 % d'ici 2010. Nous en sommes encore très loin. Le Gouvernement fédéral allemand n'a eu de cesse de souligner que l'Allemagne remplira ses engagements internationaux. A cette fin, des fonds financiers supplémentaires sont nécessaires ainsi que d'autres remises de dettes et des mécanismes innovants de financement. Les bons chiffres enregistrés par l'Allemagne reflètent également la faiblesse des autres bailleurs de fonds. Les prestations internationales allouées à la coopération au développement stagnent. " Les chiffres de l'OCDE permettent de tirer une seule conclusion : en dépit d'efforts considérables, les pays industrialisés ne font pas assez pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement d'ici 2015 ", a déclaré la Ministre. " La communauté internationale a besoin de toute urgence de mécanismes innovants supplémen-taires pour financer la lutte mondiale contre la pauvreté et limiter les changements climatiques. Un tel mécanisme pourrait être l'utilisation des recettes tirées de l'échange des droits d'émissions. La recherche de mécanismes innovants de financement adaptés et agissant rapidement devrait également être le thème clé de la conférence de suivi de Monterrey consacrée au " Financement pour le développement " en 2008 à Doha et lors de l'Assemblée générale des Nations unies.La Ministre a rappelé que les dépenses militaires mondiales continuent d'être environ dix fois plus importantes que les dépenses affectées à la lutte contre la pauvreté. " La suppression de ce déséquilibre continue d'être l'une des missions de longue durée de la communauté internationale. Éviter les conflits coûte moins cher que d'avoir recours aux forces armées. "

vendredi 9 mai 2008

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages