Communiqué de Presse

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 1784 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police



Le Bureau Exécutif National de l'Association Nigérienne pour la Défense des Droits de l'Homme (BEN/ANDDH) s'est réuni en session extraordinaire, ce samedi 22 Décembre 2007, à l'effet d'examiner la situation des droits de l'Homme relative aux exécutions extra judiciaires. L'ANDDH avait déjà, par le passé, con-damné les tortures qui ont entraîné la mort de El hadj Harouna Insa, de Moussa Douka, pendant qu'ils étaient respectivement en garde à vue à la gendarmerie de Niamey et au Commissariat de police d'Agadez.
Encore une fois l'ANDDH est extrême-ment préoccupé par la situation actuelle du conflit au Nord, entraînant des exé-cutions extra judiciaires de part et d'autre, par les belligérants du conflit, notamment à travers la pose des mines qui ont déjà fait plusieurs victimes et endeuillé plusieurs familles. Les récentes exécutions extra judiciaire de sept (7) nigériens dont 6 civils et un agent de police sur l'axe Dirkou-Agadez, le 09 Décembre 2007 et par rapport auxquelles mêmes les autorités ont officiellement présenté leurs condoléances aux familles des victimes, viennent rallonger malheureusement le nombre de familles endeuillées. Afin de confirmer les exécutions extra judiciaires, l'ANDDH présente ici la chronologie des événements : · Mercredi 14 Novembre 2007 : Sidi Amar en compagnie d'un de ses parents, informe les autorités civiles (gouverneur d'Agadez) et militaires (commandant de gendarmerie) de son intention de se rendre en Libye, soit par avion, soit en escorte par la route. Toutes informations prises, le Gouverneur annonce vers 13h, à Sidi Amar, que l'escorte serait difficile mais il va s'informer sur la disponibilité du seul avion susceptible d'être mis en location (avion de Médecins Sans Fron-tière). Les Forces de Défense et de sé-curité, l'ayant rassuré qu'il n'y avait pas de problème d'insécurité, il décida alors de prendre la route pour Dirkou avec un laissez-passer de la gendarmerie. Le gouverneur en fut informé. Sidi Amar, Hamid Ali et le domestique Habou quittent Agadez dans l'après midi.

· Mercredi 05 Décembre 2007 :
Sidi Amar quitte Sebha (Libye), passe la nuit à Madama et arrive à Dirkou le jeudi 06 Décembre vers 15h juste après le déjeuner.
- Le Mercredi 05 Décembre, l'équipe de Asman Sidi Ali quitte Agadez en compagnie de deux (2) chauffeurs mécaniciens, passe la nuit sur la route et arrive à Dirkou le jeudi vers 09h.

- Jeudi 06 Décembre 2007, un parent de Sidi Amar, quitte Agadez pour Dirkou par avion, et sera rejoint par Sidi Amar et Asman Sidi Ali. Ils passèrent la nuit à la case de passage Tamoil de Dirkou sur invitation du Maire de la ville. Ils reçurent la visite de leurs amis dont le Commandant de compagnie de Dirkou qui les a rassurés qu'Agadez est déjà informé de leur arrivée;

· Vendredi 07 Décembre 2007 :
- le Maire de Dirkou, Sidi Amar, Asman Sidi Ali, le commandant de compagnie de Dirkou, accompagnèrent le parent de Sidi Amar à l'aéroport de Dirkou d'où il doit s'envoler pour Agadez.
- Le même jour, Sidi Amar et Asman Sidi Ali prirent la direction de Madama en compagnie du domestique Habou et d'un chauffeur mécanicien, afin de ré-cupérer leur commande de véhicules, ils passèrent la nuit à Madama;

·Samedi 08 Décembre 2007 :
- Sidi Amar téléphone au commandant de compagnie de Dirkou pour lui demander à ce que leur véhicule laissé à Dirkou les rejoigne à 15 Kilomètres (afin d'éviter des passagers) pour continuer sur Agadez. Ce qui fut fait. Toutefois, un policier de Dirkou, alors en permission exceptionnelle pour se rendre à Madaoua via Agadez, rentre dans ledit véhicule qui doit rejoindre l'équipe de Sidi Amar.
- Vers 23h30, à 230 km d'Agadez et à 10 Km de l'Arbre du Ténéré Sidi Amar appelle ses parents à Agadez pour informer de leur position et qu'ils y passent la nuit avec toute l'équipe, soit quatre (4) véhicules et sept (7) personnes.

· Dimanche 09 Décembre 2007 :
- Sidi Amar appelle son parent résidant à Agadez pour savoir quel axe prendre. Ce dernier lui conseilla de suivre l'axe Aderbissnat. Ils prirent cet axe. - Le lendemain matin vers 10 h, Sidi Amar appelle son parent pour l'informer qu'un avion plane au-dessus de leur convoi. Les autorités d'Agadez sont aussitôt informées. Ces dernières demandent à Sidi Amar par l'intermédiaire de son parent de prendre la route Tourayatt, alors qu'ils étaient à une soixantaine de kilomètres de la route goudronnéeAgadez-Zinder.
- A 13h, le convoi confirme qu'il suit l'axe Tourayatt comme indiqué. Le Gouverneur et le Commandant de gendarmerie sont informés par les parents de Sidi Amar.
- A 16h 28, Sidi Amar confirme à son parent que le convoi est toujours sur l'axe Tourayatt.
- A 16h 38, plus de communication entre Sidi Amar et ses parents.
- Aux environs de 20h, les parents de Sidi Amar sont informés que les véhi-cules sont rentrés à Agadez avec des militaires mais sans les passagers à bord. Sur insistance des parents, le Gouverneur confirme l'arrivée effective des quatre (4) véhicules ramenés par les militaires et leur annonce que les passagers ont été exécutés. Les parents exigent du Gouverneur la restitution des corps des victimes;

· Lundi 10 Décembre 2007 :
- un convoi, composé d'une cinquantaine de militaires à bord de plusieurs véhicules dont une ambulance dirigé par un lieutenant de l'armée et accom-pagné de 13 parents des victimes, à bord de trois (3) véhicules, va à la recherche des corps des victimes. - A 57 km d'Agadez, les militaires or-donnèrent aux parents de s'immobiliser, le temps d'aller rechercher les corps.
- L'équipe des militaires n'est revenue que deux heures après avec les corps des victimes dans des sacs blancs. - Les corps ont été ramenés à l'Hôpi-tal National d'Agadez à 16h 30 où les gendarmes les attendaient pour le constat.
- Les parents des victimes en procé-dant au lavage des corps ont pu réali-ser que les victimes portaient leurs habits et constater plusieurs impacts des balles et des traces de tortures sur les corps ;

- Les sept (7) victimes sont les suivantes: Sidi Amar (42 ans) opérateur éco-nomique, Asman Sidi Ali, 38 ans opé-rateur économique, Habou Manzo (27 ans) domestique, Laoualy Abdou, 31 ans mécanicien, Abdoulaye mécani-cien, Tete Ikhizi docker, Djibril Amini, agent de police, Mle 62166, en service à Dirkou, bénéficiaire d'une permission exceptionnelle d'absence pour se rendre auprès de son père gravement malade à Azarori/ Madaoua.

- Enfin il convient de noter qu'au moment de nos investigations, un refus a été opposé aux parents des victimes de ré-cupérer les pièces d'identité ainsi que les actes de décès.

Au regard, de ces événements, le BEN/ ANDDH fait l'analyse suivante:

1. que les victimes ont pris toutes les mesures de sécurité en informant tout au long de leur déplacement les autorités de Dirkou et d'Agadez.
2. que les éléments qui ont procédé à l'exécution des victimes l'ont fait de ma-nière indiscriminée.
3. que les véhicules ne présentent aucun impact de balles

Par conséquent Le BEN/ANDDH:
- condamne toute exécution extra judiciaire, - exige que justice soit rendue à toutes les victimes civiles et militaires des mines et des exécutions extra judiciaires; - demande l'ouverture d'une enquête in-dépendante pour situer les responsabili-tés relatives à la pose des mines et des exécutions extra judiciaires; - demande la poursuite de toutes les personnes impliquées dans ces événe-ments; - Enfin, le BEN / ANDDH présente ses condoléances à l'ensemble des familles des victimes.

Fait à Niamey, le 22 décembre 2007
Pour le BEN/ANDDH Le Président Khalid Ikhiri

jeudi 24 janvier 2008

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages