LIBERTE DE LA PRESSE : L'ANNEE 2007 EN CHIFFRES

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 1837 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police



- 86 journalistes tués en 2007, une hausse de 244 % en cinq ans - L'Irak, la Somalie et le Pakistan sont les pays les plus meurtriers - Plus de 880 journalistes arrêtés en un an - Plus de 2600 sites Internet et blogs fermés en un an

Les chiffres essentiels : En 2007 : 86 journalistes tués
20 collaborateurs des médias tués 887 journalistes interpellés 67 enlevés 1511 agressés ou menacés 528 médias censurés Et concernant Internet : 37 blogueurs interpellés 21 agressés 2676 sites fermés ou suspendus A titre de comparaison, en 2006 : - 85 journalistes tués - 32 collaborateurs des médias tués - 871 journalistes interpellés - 56 enlevés - 1 472 agressés ou menacés - 912 médias censurés Le nombre de journalistes tués a augmenté de 244 % en cinq ans
Au moins 86 journalistes ont été tués dans le monde en 2007. Depuis 2002, ce nombre est en augmentation constante. En cinq ans, il est passé de 25 à 86, correspondant à une hausse de 244 %. Il faut remonter à 1994 pour trouver un chiffre plus élevé. Cette année-là, 103 journalistes avaient trouvé la mort dont près de la moitié pendant le génocide au Rwanda, près d'une vingtaine en Algérie, victimes de la guerre civile, et une dizaine en ex-Yougoslavie.
Plus de la moitié des journalistes tués en 2007 l'ont été en Irak.
La réaction de Reporters sans frontières : "Aucun pays n'a jamais connu un aussi grand nombre de journalistes tués que l'Irak. Depuis l'invasion américaine, en mars 2003, au moins 207 professionnels des médias y ont été tués. Ni la guerre du Viêt-nam, ni le conflit dans l'ex-Yougoslavie, ni même les massacres en Algérie ou le génocide rwandais n'avaient fait autant de victimes parmi les professionnels de la presse." "Il faut absolument que les autorités irakiennes et américaines - qui elles-mêmes se sont rendus coupables de violences graves envers des journalistes - prennent des mesures pour tenter de juguler cette violence. Les journalistes irakiens ne sont pas victimes de balles perdues, ils sont délibérément pris pour cibles par des groupes armés. Le gouvernement irakien ne peut pas mettre fin soudainement à la violence qui sévit dans le pays. Mais il peut, en revanche, adresser un signal fort aux assassins en faisant tout son possible pour les rechercher et les traduire en justice." "La Somalie et le Pakistan n'avaient pas compté autant de journalistes tués depuis plusieurs années. La Somalie continue de ressembler à un far-west où triomphe la seule loi du plus fort. Les médias y sont des cibles faciles. Au Pakistan, les journalistes sont pris entre les feux croisés de l'armée, des groupes islamistes et des organisations criminelles. Seule bonne nouvelle cette année, il n'y a pas eu de journalistes assassinés en raison de leur travail en Colombie. C'est la première fois depuis quinze ans." Tous les journalistes tués en Irak (47 victimes), à l'exception d'un reporter russe, étaient de nationalité irakienne. La plupart travaillaient pour des médias irakiens et ont été victimes d'assassinats ciblés. Le mobile est souvent difficile à établir avec précision, mais il est, chaque fois, lié au travail des victimes ou à la nature du média qui les emploie. Les groupes armés visent les journalistes des médias proches d'un courant religieux différent du leur et ceux qui collaborent avec les organes de presse étrangers ou financés par des fonds étrangers.
Pour ne rien arranger, les autorités font preuve d'un immobilisme inquiétant. Le gouvernement irakien n'a, pour le moment, trouvé aucune réponse efficace à cette violence. L'une des rares propositions faites par les dirigeants du pays a été de permettre aux journalistes de s'armer à leur tour, pour pouvoir se défendre en cas d'at-taque… En Somalie (8 tués), une vague d'attentats inédite a ponctué l'une des années les plus meurtrières depuis dix ans, au cours de laquelle des insurgés islamis-tes ont harcelé les troupes du gouvernement de transition et de son allié éthio-pien. Dans ce contexte, alors que la presse étrangère évite généralement de se rendre dans l'un des pays les plus dangereux du monde, les journalistes somaliens, en première ligne, ont été les victimes de la violence et de l'anarchie. La moitié des huit journalistes tués en 2007 ont été victimes d'assassinats ci-blés, perpétrés par des tueurs à gages. Trois d'entre eux étaient des personnali-tés importantes du monde des médias, dont le cofondateur de Radio HornAfrik, un célèbre chroniqueur et le directeur du groupe de presse Shabelle Media. Depuis ces assassinats, la plupart des responsables de médias indépendants ont quitté le pays par crainte d'être les prochains sur la liste. Les journalistes de Mogadiscio craignent que leur ville ne devienne un "petit Bagdad".
Au Pakistan (6 tués), les attentats-suicides et les violents combats entre l'armée et les islamistes expliquent en partie l'augmentation du nombre de journalistes tués en 2007. Muhammad Arif, de la chaîne Ary One World, est l'une des 133 victimes de l'attentat-suicide qui a visé l'opposante Benazir Bhutto, en octobre, à Karachi. En avril, un kamikaze qui voulait assassiner un ministre a tué 28 personnes dont Mehboob Khan, un jeune photographe free-lance.
En juin, c'est Noor Hakim, du quotidien en ourdou Pakistan et vice-président de l'Union des journalistes des zones tribales (TUJ), qui a été tué dans un attentat commis dans la zone tribale de Bajaur (Nord-Ouest). Javed Khan, cameraman de DM Digital TV, a été tué alors qu'il couvrait, en juillet, l'assaut sur la Mosquée rouge, à Islamabad, par les forces de sécurité. Au Sri Lanka (3 tués), l'intensification des combats entre les forces de sécurité et les Tigres tamouls s'est accompagnée d'une sale guerre menée par les militaires et les paramilitaires contre les journalistes tamouls, notamment à Jaffna. En 2007 encore, le quotidien Uthayan a été particulièrement visé : un jeune journaliste a été assassiné et un secrétaire de ré-daction a été kidnappé. Deux autres reporters ont été tués dans des zones con-trôlées par le gouvernement.
En Erythrée (2 victimes), pays placé en der-nière position du classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières, un journaliste est mort en prison. Fessehaye Yohannes, dit "Joshua", l'une des plus grandes figures de la vie intellectuelle du pays, est mort en début d'année 2007, vraisemblablement en raison de conditions de détention ex-trêmement éprouvantes. Quelques mois plus tard, un autre journaliste, Paulos Kidane, est mort d'épuisement à quelques kilomètres de la frontière avec le Soudan, alors qu'il tentait de fuir son pays. Il n'avait pas supporté d'avoir été incarcéré et torturé l'année précédente.
Moins de collaborateurs de médias ("fixeurs", chauffeurs, traducteurs, techniciens, agents de sécurité, etc.) ont été tués en 2007 que l'année précédente (20 en 2007, contre 32 en 2006).
A la différence d'autres organisations, Reporters sans frontières ne prend en compte que les professionnels des médias dont elle est certaine que leur mort est liée à leur devoir d'informer. Plusieurs cas n'ont pas été comptabilisés, soit parce qu'ils sont encore en investigation, soit parce qu'ils ne relèvent pas du domaine de la liberté de la presse (mort accidentelle ou motivée par d'autres raisons que la profession de la victime).

Deux procès essentiels en 2008
Environ 90 % des assassinats de journalistes restent totalement ou partiellement impunis. Souvent, les gouvernements des pays dans lesquels des journalistes ont été tués parient sur le temps et l'oubli pour protéger les assassins de toute sanction. Reporters sans frontières lutte contre cette impunité en continuant de se mobiliser, année après année, sur des affaires passées.
En 2007, l'organisation a ainsi dénoncé, neuf ans après les faits, le comportement scandaleux des autorités du Burkina Faso qui ont rendu un non-lieu dans l'enquête sur l'assassinat du journaliste Norbert Zongo alors qu'il existait des éléments accablants contre des éléments de la garde présidentielle. Elle a également condamné fermement les blocages dans l'enquête sur l'assassinat, en décembre 2004, de son correspondant Deyda Hydara, en Gambie. Là encore, la piste la plus sérieuse mène dans les couloirs du palais présidentiel.
Reporters sans frontières a également de-mandé l'élargissement du mandat du futur tribunal international pour le Liban à tous les assassinats commis dans le pays depuis 2004, dont ceux des journalistes Gébrane Tuéni et Samir Kassir, tués en 2005.
La réaction de Reporters sans frontières : "La lutte contre l'impunité des assassins de journalistes est primordiale. Deux pro-cès qui vont se tenir en 2008 sont essentiels. Celui des assassins de Hrant Dink, en Turquie, et celui des assassins d'Anna Politkovskaïa, en Russie. Ces deux crimes, commis aux portes de l'Europe, doivent être résolus de manière exemplaire. Les auteurs matériels comme les commanditaires doivent êtres sévèrement punis. De l'issue de ces deux procès dé-pend, en partie, l'avenir des journalistes, non seulement turcs et russes, mais éga-lement de tous ceux qui mènent des en-quêtes sensibles dans des pays dangereux." Hrant Dink, directeur du magazine turco-arménien Agos, a été tué le 19 janvier 2007 dans une rue d'Istanbul. Vraisemblablement visé par des militants ultranationalistes turcs, le procès de ses assassins présumés, qui doit reprendre le 11 février 2008, devra établir toutes les responsabilités dans cette affaire et faire la lumière sur des complicités éventuel-les au sein des forces de l'ordre. Le procès des assassins d'Anna Politkovskaïa est attendu avec impatience. En pleine année électorale - le scrutin pré-sidentiel est prévu le 2 mars - la Russie doit mettre fin à la longue série d'assassinats de journalistes restés impunis. Dix-huit journalistes ont été tués depuis l'élec-tion de Vladimir Poutine à la présidence, en mars 2000. Anna Politkovskaïa est la dernière en date. Un seul de ces assassinats a été élucidé et ses responsables traduits en justice.
Plus de deux journalistes arrêtés chaque jour en 2007
Au 1er janvier 2008, 135 journalistes étaient emprisonnés dans le monde. Ce chiffre ne varie guère depuis quelques années. Les journalistes libérés sont aus-sitôt remplacés par de nouveaux détenus. Au total, 887 journalistes ont été privés de leur liberté au cours de l'année 2007. C'est au Pakistan que Reporters sans frontiè-res a recensé le plus grand nombre de cas d'interpellations de journalistes : 195. Viennent ensuite Cuba, avec 55 arrestations et l'Iran, avec 54.
La réaction de Reporters sans frontières : "Une trentaine de gouvernements dans le monde continuent de faire jeter en prison les journalistes qui les dérangent. Pour ces dirigeants d'un autre temps, l'emprisonnement reste la seule réponse aux critiques formulées par les hommes et les femmes de presse. Nous demandons la libération immédiate des 135 journalistes emprisonnés dans le monde." "A la menace des emprisonnements, il faut désormais ajouter celle des kidnap-pings. Le nombre de prises d'otages de journalistes a augmenté en 2007. En Irak et en Afghanistan, le kidnapping est devenu une pratique courante et plusieurs journalistes ont été exécutés par leurs ravisseurs. Les gouvernements doivent lutter contre ce phénomène en traduisant en justice les responsables de ces enlève-ments." La Chine (33 journalistes emprisonnés) et Cuba (24) sont, depuis quatre ans maintenant, les deux plus grandes prisons du monde pour les professionnels de la presse. Les gouvernements de Pékin et de La Havane libèrent les journalistes au compte-gouttes, à la fin de leur peine. Et d'autres les remplacent aussitôt.
En Azerbaïdjan, sept nouveaux journalistes ont été arrêtés en 2007, portant à huit le nombre total de détenus. Cette situation, nouvelle dans le pays, reflète une vraie dégradation de la situation de la li-berté de la presse et un durcissement des autorités envers les journalistes les plus critiques.
Aux 135 journalistes emprisonnés, il faut ajouter 65 cyberdissidents détenus pour s'être exprimés sur la Toile. La Chine conserve son leadership dans cette course à la répression avec 50 cyberdissidents derrière les barreaux. Huit autres sont en prison au Viêt-nam. En Egypte, le jeune internaute Kareem Amer a été condamné à quatre ans de réclusion pour avoir criti-qué le chef de l'Etat sur son blog et dé-noncé la mainmise des islamistes sur les universités du pays.
L'emprisonnement n'est pas le seul moyen de priver un journaliste de sa li-berté. En 2007, au moins 67 professionnels des médias ont été kidnappés dans quinze pays. La zone la plus risquée reste l'Irak, où 25 journalistes ont été enlevés depuis le début de l'année 2007. Dix otages ont été exécutés par leurs ravisseurs. En Afghanistan, les deux collaborateurs du journaliste italien Daniele Mastrogiacomo, enlevés en mars 2007, ont été tués par leurs ravisseurs. Au Pakistan, cinq journalistes ont été kidnappés, dont certains par les forces de sécurité elles-mêmes, avant d'être relâchés sains et saufs. Au moins 14 journalistes sont actuellement retenus en otages, tous en Irak.
Plus de 2600 sites et blogs censurés
Des gouvernements comme la Chine, la Birmanie ou la Syrie tentent de faire du Web un Intranet, un réseau limité aux seuls échanges à l'intérieur du pays, entre les personnes dûment autorisées. Au moins 2676 sites Internet ont été fermés ou suspendus dans le monde en 2007. La majorité de ces sites étaient des forums de discussion.
La censure la plus forte a eu lieu avant et pendant le 17e Congrès du Parti communiste chinois. Quelque 2500 sites, blogs et forums ont été interdits en quelques semaines. La Syrie s'est également illustrée en bloquant plus d'une centaine de sites et de services Internet en fin d'année 2007. Le réseau social Facebook, le service d'e-mail Hotmail ainsi que le logiciel de téléphonie Skype, sont inaccessibles. Tous trois sont accusés par le gouvernement de Damas d'avoir été infiltrés par les services secrets israéliens.
En octobre 2007, pendant les manifestations des moines birmans, la junte militaire de Rangoon a tenté de tarir le flot d'informations qui sortaient du pays via Internet, en coupant purement et simplement l'accès à la Toile. Des sites critiques envers le régime, la censure s'est étendue à tous les moyens de communication : caméras, appareils photo, téléphones portables, etc.
La réaction de Reporters sans frontières : "Dans certains pays, Internet est désor-mais autant censuré que la presse traditionnelle. La Chine est le plus grand censeur du Web sur la planète. La cyberpolice fait preuve d'un zèle inquiétant avant chaque événement politique d'ampleur. En 2007, c'est au cours des mois qui ont pré-cédé l'ouverture du Congrès du Parti communiste chinois que les censeurs ont été lesplus actifs. Environ 2500 sites et blogs, dont un grand nombre étaient de nature politique, ont été rendus inaccessibles."

jeudi 17 janvier 2008

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages