Sahara occidental : Reprise des hostilités armées?

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 2122 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police



L'ancien Ministre sénégalais des Affaires Etrangères invité aux travaux du Congrès du Polisario tenus dans les territoires libérés de la province de Tifariti, a eu le mot juste en déclarant que l'Afrique doit faire face à ses responsabilités et aider à mettre fin à l'inique situation de colonisation du Sahara occidental par le Maroc.

Le peuple sahraoui attend depuis plus de quinze ans l'application des réso-lutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur l'autodétermination après que le Front Polisario ait accepté de mettre fin aux hostilités avec le Maroc et de libérer les soldats faits prisonniers lors de la guerre d'indépen-dance. L'arrêt de la guerre était conditionné par l'engagement de donner au peuple du Sahara occidental le choix de décider de son avenir dans le cadre d'un référendum d'autodétermination. Cet engagement était aussi celui du Maroc.

Malheureusement la logique du système colonial a prévalu et continu de prévaloir. Le gouvernement marocain n'a cessé depuis de torpiller le processus de paix et de mettre en échec le plan de règlement du Conseil de sécurité savamment élaboré par l'ancien Secrétaire d'Etat américain M. James Baker. Celui-ci confirmait la pertinence de la doctrine des Nations Unies en matière de décolonisation et ouvrait une nouvelle perspective pour le triomphe de la paix et de la légalité internationale.

Conscient de sa position d'administration coloniale le Maroc a toujours refusé de donner aux sahraouis la possibilité de faire leur choix : l'indépen-dance ou l'intégration au Maroc. Ce choix est celui là même que réclame les sahraoui aujourd'hui, c'est aussi le choix des dernières résolutions du Conseil de sécurité 1754 et 1783. Ces deux textes sont on ne peut plus explicites : l'application du principe d'autodétermination au peuple du Sahara occidental.

La nouveauté est que le Maroc a fait une proposition d'autonomie qui est sur la table de négociation et que le Polisario a fait une proposition de règle-ment également sur la table de négociation. C'est l'ensemble de ces initiatives qui sont en négociation à Manhasset. Les négociations directes entre les deux parties au conflit, clairement identifié par le Conseil de sécurité porte sur l'élaboration d'un document sur les modalités devant accélérer l'organisation du référendum qui est la colonne vertébrale de tout effort cré-dible entrant dans le cadre d'un règlement politique optimale de la question du Sahara occidental.

Jamais la communauté internationale n'a considéré le plan d'autonomie proposé par le Maroc comme la panacée. La compagne faite par le gouvernement marocain autour de sa proposition comme unique solution est une vue de l'esprit, elle n'est ni réaliste ni réalisable parce qu'elle occulte l'essentiel , la libre expression du peuple sahraoui qui lors du vote décidera en toute souveraineté de son choix pour l'indépendance, pour l'autonomie ou simplement l'intégration au Maroc.

La question se pose du pourquoi de la peur des urnes. Si les sahraouis sont " séquestrés à Tindouf et leurs droits violés " le referendum sera pour eux l'occasion de sanctionner " le bourreau " alors pourquoi cette peur. Pourquoi toute cette agitation. Donnons la chance à la paix lors du troisième round de négociations directe entre le Maroc et le Polisario le 8 janvier 2008 à Manhasset.

Pour cela, il fait éviter les préalables et les conditions, se sont là les termes de la résolution 1754. Si on fait l'éloge de ce texte et l'on veut nous inscrire dans une perspective de paix, on ne peut logiquement pré-voir la réponse parce qu'il appartient au peuple sahraoui de dire le dernier mot. Quant le Maroc se dit pleinement engagé pour trouver une solution politique pourquoi ajouter le bout de phrase " dans le cadre de la souveraineté marocaine ". Il n'y a qu'une seule souveraineté…celle du peuple en l'occurrence le peuple sahraoui. La réussite des négociations de Manhasset ne porte t-elle pas sur la suppression de ce bout de phrase de souveraineté marocaine pour laisser celle du peuple !

La crainte majeure est de voir les deux parties au conflit reprendre les hostilités militaires et embraser toute la sous-région y compris les pays du Sahel. Le Front Polisario a averti le Maroc qu'en cas de tergiversations et d'échec des négociations de janvier prochain, l'option militaire sera sérieusement prise en compte. Prions pour que la sagesse des négociateurs et la bonne foi des politiques prévalent sur les considéra-tions porteuses d'instabilité et des germes de la discorde.

L'histoire de la colonisation obéit à une logique historique infernale. La volonté d'émancipation est telle un ouragan, elle emporte sur son chemin les plans les plus machiavéliques et la propagande la plus sournoise. Donnons aux sahraouis la possibilité de dire le mot de la fin. Le seul qui vaille.

Vive l'Afrique libre Vive l'Afrique émancipée



jeudi 17 janvier 2008

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages