Il y a la bière de Noël, mais aussi l'asthme de Noël…

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 1736 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police



Figurez-vous que les asthmatiques, ainsi que les malades souffrant d'une broncho-pneumopathi e chronique obstructive ou BPCO, ont un risque d'hospitalisation nettement augmenté durant les fêtes de fin d'année. C'est une étude canadienne qui l'affirme. Elle met en cause les rassemblements familiaux, qui facilitent la circulation et la transmission des virus. Les mois d'hiver c'est connu, apportent leur lot de grippes et de rhumes. Et chacun sait aussi, que ces infections a priori banales dégradent encore plus la fonction pulmonaire des patients atteints de maladies respiratoires. Avec comme principale conséquence, un risque de décompensation et d'hospitalisation.

Mais selon l'équipe canadienne, le risque serait encore plus élevé à Noël. Chez les patients traités pour affections respiratoires, le recours aux urgence connaît un pic hors du commun pendant les vacances de Noël. Les auteurs s'appuient sur l'étude approfondie des courbes annuelles d'hospitalisation pour asthme ou BPCO en Angleterre, en Ecosse, en Nouvelle Zélande et en Suède.

Chez les adultes et particulièrement les personnes âgées, le risque d'hospitalisation pour BPCO augmente de 16% à 51% durant les vacances de Noël. Et chez les asthmatiques, cela va de 18% à 62%. Difficile d'éviter la promiscuité au cours des réunions de famille. Soyez tout de même vigilants. Assurez-vous que vos prescriptions soient à jour et gardez toujours à portée de main vos traitements en cas de crise.



mardi 25 décembre 2007

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages