Malnutrition infantile : le coup de gueule de Médecins sans Frontières

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 1506 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police



Quand je serai grand, je serai vivant ! Dur slogan que celui retenu par Médecins sans Frontières pour appeler à étendre l'utilisation des pâtes nutritives " prêtes à l'emploi ". C'est le meilleur moyen de réduire la malnutrition dans le monde. Or sur les 20 millions d'enfants concernés, seuls… 3% y ont aujourd'hui accès.
Ces pâtes nutritives contiennent les vitamines, les nutriments et les minéraux indispensables à la croissance des jeunes enfants. En particulier celle des moins de 3 ans. Il s'agit en fait d'une nouvelle génération de produits hautement nutritifs à base de lait, de sucre et de graisses végétales qui supporte très bien les climats chauds. Un point essentiel, sachant que les principaux foyers de mortalité infantile liée à la malnutrition se trouvent dans la corne de l'Afrique, au Sahel et en Asie du Sud.
Autre avantage non négligeable, ces pâtes peuvent facilement être produites sur place. Par rapport aux traditionnelles farines enrichies importées des pays riches, c'est un vrai progrès ! Les pâtes nutritives permettent aux enfants de reprendre du poids et des forces en l'espace de deux semaines, explique le Dr Gustavo Fernandez, chef de mission de Médecins sans Frontières en Somalie.
Or à ce jour l'OMS, le Programme alimentaire mondial et l'UNICEF limitent l'utilisation de ces aliments thérapeutiques aux seuls enfants atteints de malnutrition grave... Ces recommandations sont trop restrictives insiste Fernandez. Les pâtes doivent être recommandées en traitement précoce de la malnutrition, sans attendre que l'enfant ne soit atteint de la forme la plus sévère de la maladie. Et le temps presse : 5 millions de petits meurent tous les ans avant leurs cinq ans…

dimanche 25 novembre 2007

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages