Sport et Culture. Une véritable politique nationale s'impose

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 2473 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police



Aujourd'hui, peu de pays en dé-veloppement ont la capacité de formuler et de mettre en œuvre des programmes de gestion durable afin de les intégrer dans le cadre global de leurs efforts de développement humain.

Cette insuffisance est perçue comme un des principaux obstacles à la mise en œuvre de politique nationale et de programmes de développement humain efficace et conséquent. Or le renforcement des capacités nationales passe immanquablement par la formation, celle des décideurs, des gestionnaires et des cadres intermédiaires.

En outre la gestion des ressources humaines doit inévitable-ment tenir compte de l'intérêt général donc national aux dé-pens d'un parti, d'un groupe de partis politiques, d'un seul individu.

S'agissant précisément du sport et de la culture, il y a bien plus d'une décennie qu'une politique nationale cohérente n'a pas été mise en place. Or dans le contexte actuel de mondialisation et contrairement à l'idée longtemps répandue, le sport et la culture sont non seulement des facteurs de développement économique mais aussi d'intégration des jeunes et de solidarité nationale.

Aujourd'hui, faut-il le rappeler, seuls le sport et la culture constituent pour le Niger des moyens sûrs pour se faire une place dans le concert des nations. Et cela compte tenu de l'intérêt économi-que qu'ils suscitent au plan mondial, (football pour le Brésil et le Cameroun, la musique et le basket-ball pour les USA).

Concernant spécifiquement le sport un certain nombre de mesures doivent être prises pour que l'humiliation que subissent nos sportifs puisse être évitée.

Pour cela nous pensons humblement que les ministères chargés de la jeunesse, des sports et celui de la culture doivent être dé-sormais considéré comme des portefeuilles clé, qu'ils soient dotés davantage de moyens financiers, qu'ils dégagent une vérita-ble politique nationale de sport et bénéficiant d'un suivi rigoureusement assuré.


Cette politique doit être axée sur les points suivants : la réintégra-tion du sport dans la vie sociale des nigériens, la ré dynamisation du sport scolaire et universitaire, la valorisation des jeux dits traditionnels ou jugés dépassés comme le Langa et le Dili (Dara).

Réintégrer le sport dans la ''vie sociale'' des nigériens suppose d'abord, sensibiliser les populations sur la nécessité et l'utilité de cette discipline ; que le sport ne soit plus perçu comme un emprunt aliénant mais plutôt une pratique qui permet de maintenir son équilibre psychophysiologique.

Il s'agit d'amener les nigériens à comprendre que la pratique du sport est vitale tant pour leur santé que pour leur vie professionnelle et familiale et surtout l'éducation de leurs enfants. Ré dynamiser et réorganiser les championnats scolaires et universitaires par les soins bien entendu du ministère de la jeunesse (car l'organisation des semaines scolaires par l'USN était plus axée sur le côté syndical que sportif), va permettre de ravitailler à moindre frais les clubs et aura surtout l'avantage de rajeunir les équipes nationales vaillantes et très peu performantes sur le plan régional et international. Il y a lieu à ce niveau d'encourager la participation des jeunes filles.

La revalorisation de tous les jeux ou sports jugés traditionnels ou dépassés va permettre aux nigé-riens, de se sentir concernés par les activités sportives que le ministère organisera dans le pays.

jeudi 18 mai 2006

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages