Niger/Fermeture de la TV et Radio LABARI
Réaction des éditeurs de la presse africaine

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 237 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police

Le Forum des éditeurs africains (TAEF) condamne avec la dernière rigueur la fermeture par les autorités nigériennes de la télévision et la radio LABARI le dimanche 25 mars 2018.

Le Forum des Editeurs africains informe que le dimanche 25 mars 2018, vers 20h GMT, la police a ordonné l'arrêt de diffusion de la chaine indépendante nigérienne, LABARI (radio et TV), basée à Niamey pour avoir refusé de fournir l'enregistrement du journal du soir qui venait de prendre fin.
La police réclamait, ainsi, un enregistrement relatif à une intervention de Me LARWANA ABDOURAMANAN, avocat et acteur de la société civile venu commenter les échauffourées de l'après-midi entre forces de l'ordre et manifestants à Niamey. Il faut dire qu'une coalition des organisations de la société civile organise depuis 3 mois des manifestations publiques à Niamey et dans plusieurs autres villes du Niger pour exiger la révision de la loi de finances 2018 jugée antisociale. Les responsables municipaux de Niamey, Maradi, Zinder et Tahoua avaient interdit les manifestions de dimanche dernier, mais les organisateurs ont bravé cette interdiction car la loi fondamentale leur donne ce droit.
Malgré l’arrestation de l'avocat activiste par des officiers de police juste à sa sortie du studio, un commissaire de police a demandé l'enregistrement que les journalistes ont refusé de remettre car la procédure voudrait que ce soit le CSC (Conseil supérieur de la Communication-organe de régulation) qui écrive à l'organe pour obtenir copie.
C’est face à ce refus légal qu’il a été donné ordre de fermer la TV et la radio. A ce jour des éléments de la garde nationale bloquent l'entrée de LABARI et personne ne peut accéder aux locaux. Le Directeur général de LABARI Ali Idrissa a été déféré ce mardi à la prison de Filingué à 180kilomètres de Niamey. Il fait partie des leaders de la contestation.
Le Forum des éditeurs africains condamne ces atteintes graves à la liberté d’expression, exige la liberté des confrères et activistes détenus, et la réouverture immédiate de la radio et télévision LARABI.
Le Forum des éditeurs africains (TAEF) appelle les autorités nigériennes au respect des textes relatifs à la liberté d’expression et de la presse, particulièrement ceux relatifs à la déclaration de Table Mountain qu’elles ont signé.
Jovial Rantao (chairperson): jovial.rantao@inl.co.za
Makan Koné (secretary general) : makankone@yahoo.fr
Mardi 27 mars 2018

mercredi 28 mars 2018

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages