Edition fondatrice des AZALAI des Arts et de la Culture

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 8554 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####



Avec l'appui de l'Etat du Niger, la CEN SAD, l'Organisation Internationale de la Francophonie, Cultures-France et le parrainage de l'UNESCO, l'édition fondatrice des Azalaï des Arts et de la Culture a débuté à Niamey le 15 Janvier 2007. Deux jours avant, Mr. Ibrahim Loutou, ancien Ministre de l'Information du Niger, avait dans le souci de faire appréhender au public nigérien et extérieur le sens de cette manifestation, donné une conférence de presse.
D'entrée de jeu, il a tenu à affirmer que l'objectif visé par les initiateurs des Azalaï est de doter le Niger d'un organisme culturel de niveau international comparable à celui du Burkina Faso, de la Côte d'Ivoire, du Sénégal… Il voulait là parler du Fespaco, le SIAO, le MASA, le DAK'Art. Il fallait aussi rappeler aux nigériens, aux autres riverains du Sahara et au monde entier, la place de notre pays au coeur de l'ensemble Sahélo-Saharien.
Azalaï, ce sont les caravanes de dromadaires qui reliaient les différentes zones riveraines du Sahara.

Ces caravanes constituaient un lien entre les peuples des diffé-rentes rives et c'est cela que M. Loutou a expliqué. Il a surtout apprécié le soutien que le gouvernement de la République du Niger lui a apporté pour que cette première édition soit une fête et que les Azalaï soient pérennisées.
Azalaï embrasse les arts, la culture et aussi la science et la recherche.
C'est pour cela que dès le lundi 15 Janvier 2007, un symposium transsaharien a débuté : Le thème en lui-même est assez éloquent : langages-cultures et sociétés dans l'espace sahélo-saharien: Mouvements et traces. Le symposium est présidé par le Recteur de l'Université Abdoul Moumouni DIOFFO de Niamey et réuni des chercheurs, artistes, historiens, sociologues… venus de divers horizons.
Le but à atteindre est de questionner les traces de différentes natures laissées par plusieurs siècles d'histoire commune et de brassage humain pour porter témoignage d'un patrimoine commun par-tagé entre les différentes communautés de l'espace sahélo-saharien.
Il s'agira aussi de protéger et de valoriser ce patrimoine dans le cadre d'un développement durable et de la lutte contre la pauvreté.
La suite des manifestations est prévu à Agadez, la capitale de l'Aïr et carrefour bien connu de la zone sahélo-saharienne.

samedi 20 janvier 2007

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages