Gardasil : promis, les pays en développement n'attendront pas!

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 17873 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police



" Il a fallu 15 ou 20 ans pour que les vaccins conventionnels soient accessibles aux pays en développement. Nous mettons tout en oeuvre pour que, s'agissant du Gardasil, cela se compte en mois ". La réponse de l'inventeur du vaccin contre le cancer du col à l'OMS n'a pas traîné… " C'est à des prix spectaculairement moins élevés (que son prix dans les pays riches n.d.l.r.) que nous mettrons ce vaccin à disposition d'organisations comme le GAVI ou d'autres, qui ont pour mandat de diffuser les vaccins auprès des pays en développement ". Margaret G. McGlynn préside la Division vaccins de l'Américain Merck and C°. Elle s'exprimait dans ces termes à Lyon, ville française, à l'occasion d'une visite de terrain organisée sur son site de production Marcy l'Etoile par la joint-venture Sanofi Pasteur MSD.

Visite éminemment politique, menée par les deux présidents de Sanofi Aventis et Merck and C° Jean-François Dehecq et Richard T. Clark. En présence aussi de représentants de la presse internationale. Pas moyen en revanche de savoir la conception qu'auraient les responsables de l'entreprise, d'un prix "spectaculairement moins élevé". Même quand les enjeux sont humanitaires la concurrence conserve ses droits et après tout, pourquoi serait-ce un problème reconnaissent les observateurs. Il est cependant important de savoir que les approches dans ce sens sont en cours.

Mc Glynn a ainsi confirmé que d'ores et déjà, "des propositions ont été faites au Conseil d'administration du GAVI sur la base d'une étude financière poussée. Ce dernier devrait être amené à l'étudier très prochainement. Tout cela prend du temps, mais le raccourcissement de ce délai relève pour nous de la plus haute priorité". L'OMS et le Fonds des Nations-unies pour les Activités de Population (FNUAP) soulignaient la semaine passée que le prix du Gardasil "constituera un sérieux défi à son introduction rapide là où on en a le plus besoin - les pays les plus pauvres". Les deux organisations tiennent leur réponse… et une promesse dont elles vont certainement suivre très attentivement la mise en œuvre.

samedi 20 janvier 2007

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé.. Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Société
Au tribunal
Newsletter
Sondages